news scientifiques

Des scientifiques de l'Institut Weizmann ont résolu l'énigme de la manière dont les molécules d'ARN se rendent à l'endroit qui leur est désigné. On dit que la vie arrive sans mode d'emploi, mais ce n'est pas tout à fait vrai. Chaque cellule de notre corps vit selon les instructions données par son ADN sous la forme de molécules d'ARN. L'ARN a récemment été propulsé sous les feux de la rampe en tant que base des vaccins innovants COVID-19, mais de nombreuses connaissances fondamentales sur cette molécule vitale - par exemple, comment elle parvient à se frayer un chemin dans la cellule...

Sans les cellules qui stimulent les unités antifongiques spécialisées, la lutte contre une infection courante est une cause perdue. De tous les champignons qui vivent dans le corps humain, le plus tristement célèbre est probablement la levure Candida. Cette cousine éloignée de la levure de boulangerie est connue pour provoquer divers types de mycose qui peuvent être très gênants, mais elle peut aussi conduire à une infection invasive qui peut, à l'occasion, s'avérer fatale. Dans une étude publiée dans Nature Immunology, une équipe de recherche de l'Institut Weizmann des Sciences, dirigée par le Professeur Jakub Abramson, a découvert un mécanisme de...

Des modèles d'embryons de souris synthétiques créés uniquement à partir de cellules souches, hors de l'utérus Cette méthode ouvre de nouvelles perspectives pour l'étude de l'auto-organisation des cellules souches en organes et pourrait, à l'avenir, contribuer à la production de tissus transplantables. La rencontre d'un ovule et d'un spermatozoïde est une première étape nécessaire au début de la vie, et c'est aussi une première étape courante dans la recherche sur le développement embryonnaire. Mais dans une étude de l’Institut Weizmann des Sciences publiée dans Cell, des chercheurs ont fait pousser des modèles d'embryons synthétiques de souris en dehors de l'utérus en commençant...

Les vaisseaux sanguins issus des vaisseaux lymphatiques sont adaptés à des fonctions spécifiques. Nos origines familiales ont tendance à façonner notre avenir à bien des égards. Une étude de l'Institut Weizmann des sciences, publiée dans Nature, montre qu'il en va de même pour les vaisseaux sanguins. Les chercheurs ont découvert que les vaisseaux sanguins se forment à partir de progéniteurs inattendus et ont montré que cette origine inhabituelle détermine la fonction future des vaisseaux. "Nous avons découvert que les vaisseaux sanguins doivent provenir de la bonne source pour fonctionner correctement - c'est comme s'ils se souvenaient d'où ils venaient", explique le professeur...

Une nouvelle méthode de caractérisation des cellules immunitaires excrétées dans les selles pourrait faciliter le diagnostic et améliorer le traitement des maladies inflammatoires de l'intestin. Aujourd'hui, les personnes suspectées de souffrir d'une maladie inflammatoire de l'intestin doivent souvent subir une coloscopie, une procédure invasive réalisée sous anesthésie. Une nouvelle méthode mise au point à l'Institut Weizmann des Sciences en collaboration avec le Centre Médical Sheba de Tel Hashomer pourrait offrir une alternative non invasive : la détection de l'inflammation dans les intestins par l'analyse d'un échantillon de selles. À l'avenir, l'analyse des selles pourrait faciliter le diagnostic de troubles tels que...

Le climat de la Terre change plus rapidement que prévu. Une nouvelle étude menée par l'Institut Weizmann des sciences révèle que les tempêtes de l'hémisphère sud ont déjà atteint des niveaux d'intensité qui, selon les prévisions, ne devaient se produire qu'en 2080. Une trentaine de réseaux informatiques massifs et complexes sont au service des scientifiques qui sont à la pointe de la recherche sur le changement climatique. Chaque réseau fait tourner un logiciel composé de millions de lignes de code. Ces programmes sont des modèles informatiques qui combinent les myriades de phénomènes physiques, chimiques et biologiques qui, ensemble, forment le...

En utilisant des techniques d'IA avancées, les chercheurs ont découvert l'une des plus anciennes preuves de l'utilisation du feu. On dit que là où il y a de la fumée, il y a du feu, et les chercheurs de l'Institut Weizmann des sciences s'efforcent de vérifier cette affirmation, ou du moins d'élucider ce qui constitue la "fumée". Dans un article publié dans PNAS, les scientifiques révèlent une méthode de pointe et innovante qu'ils ont mise au point et utilisée pour détecter des traces non visuelles de feu remontant à au moins 800 000 ans - l'une des plus anciennes preuves connues...

Le professeur Yosef Shaul était en post-doc à l'université de Californie à San Francisco dans les années 1980 lorsqu'il a pris connaissance du génome du virus de l'hépatite B (HVB) récemment découvert. Déjà largement associé au cancer du foie, le virus s'est avéré être un minuscule virus à ADN qui utilise l'ARN pour se répliquer. "Au niveau de la science fondamentale, c'était très important. Nous n'avions jamais vu ce type de virus auparavant, avec son génome et son cycle de vie uniques", explique le professeur Shaul, qui travaille désormais au département de génétique moléculaire de l'Institut Weizmann. La quête qu'il a...

Oubliez les cristaux. L’IA donne aux algorithmes de Weizmann les moyens de concevoir des biomolécules dotées d’un large éventail de fonctions utiles. Lorsque le Docteur Shiran Barber-Zucker a rejoint le laboratoire du Professeur Sarel Fleishman en tant que boursière postdoctorale, elle a choisi de poursuivre un rêve environnemental : décomposer les déchets plastiques en produits chimiques utiles. La nature a en effet des moyens astucieux pour décomposer des matériaux résistants : Les arbres morts, par exemple, sont recyclés par les champignons de la pourriture blanche, dont les enzymes dégradent le bois en nutriments qui retournent au sol. Alors pourquoi ne pas inciter les mêmes enzymes...

Processing...
Thank you! Your subscription has been confirmed. You'll hear from us soon.
ErrorHere