Professeur Alon Chen

Professeur Alon Chen, Président de l’Institut Weizmann des Sciences

Le professeur Chen est chercheur en neurosciences et dirige le Département de Neurobiologie de l’Institut Weizmann des Sciences ; il est aussi directeur de l’Institut Max Planck de Psychiatrie à Munich, en Allemagne. Il dirige également un laboratoire commun à l’Institut Weizmann et à l’Institut Max Planck qui se consacre à la neuropsychiatrie expérimentale et à la neurogénétique du comportement. Il est aussi professeur attaché à la Faculté de l’Université de Médecine Ludwig Maximilian à Munich.

 

Le professeur Alon Chen est né en Israël en 1970. Il obtient sa Licence en Sciences de la Vie avec mention Bien à l’Université Ben-Gourion du Néguev en 1995 puis un Doctorat à l’Institut Weizmann des Sciences en 2001 pour lequel il reçoit un prix d’excellence. En parallèle, il obtient un MBA à l’Université Ben-Gourion du Néguev. Entre 2001 et 2005, grâce aux bourses d’étude Rothschild et Fulbright, il effectue un post doctorat à l’Institut Salk d’Études Biologiques (Salk Institute for Biological Studies) de San Diego, en Californie. Il commence alors à étudier les processus du cerveau qui régulent le stress mental et l’anxiété. En 2005, Alon Chen retourne à l’Institut Weizmann des Sciences en tant que scientifique senior dans le Département de Neurobiologie. Le Conseil Israélien pour l’Enseignement Supérieur le récompense alors d’une bourse universitaire Alon (en mémoire d’Igal Alon) la plus grande récompense en Israël pour un scientifique de retour au pays. En 2012, Alon Chen devient professeur associé puis professeur titulaire en 2017.

 

En 2013, il est nommé Directeur de l’Institut Max Planck de Psychiatrie et Directeur du laboratoire commun de neuropsychiatrie expérimentale et de neurogénétique du comportement.

 

Dans ses recherches, le professeur Chen se concentre sur les processus biologiques par lesquels le stress et l’anxiété se développent dans le corps, sur les mécanismes activés dans le cerveau par ces états mentaux et sur les mécanismes destinés à les réguler. Ses recherches portent aussi sur la façon dont ces mécanismes de réponse sont sur- ou sous-activés dans le cas de nombreux troubles psychiatriques. En cherchant à comprendre comment les humains et les animaux répondent au stress et à l’anxiété, le professeur Chen et ses collègues ont découvert les gènes, les protéines et les circuits neuronaux qui jouent des rôles principaux dans ces phénomènes. Ils ont également découvert que des mécanismes épigénétiques (i.e. des mécanismes qui contrôlent l’expression des gènes mais n’affectent pas les gènes eux-mêmes) et des circuits d’analyse de l’information dans le cerveau sont liés à l’anxiété, à la dépression, à des troubles alimentaires et à des syndromes métaboliques.

 

En tant que chef du Département de Neurobiologie de l’Institut Weizmann des Sciences et directeur de l’Institut Max Planck de Psychiatrie, le professeur Chen a accumulé une grande expérience en management, en particulier dans le cadre de la recherche scientifique. Cette expérience comprend la gestion de budgets importants et l’obtention de financements mais également la manière de travailler avec les conseils scientifiques, les conseils d’administration, les autorités publiques, la faculté des sciences et ses diplômés, les donateurs et les actionnaires.

 

Le professeur Chen est capable de décrire des processus scientifiques complexes en termes compréhensibles par tous ; c’est un directeur qui encourage l’esprit d’équipe sur le lieu de travail et un leader né qui sait comment identifier les opportunités et transformer les défis compliqués en solutions novatrices. Le professeur Chen donne également de son temps et de son énergie pour l’enseignement scientifique et pour rendre la science accessible au grand public.

 

Le professeur Chen est marié et a deux enfants.

 

Suite à l’annonce de sa nomination, le professeur Chen s’est adressé aux membres du Comité International, du Conseil d’administration, aux Professeurs, au personnel de l’Institut Weizmann des Sciences et à ses amis en ces termes:
« Je voudrais remercier les membres du Comité de Recherche Présidentielle, du Comité International de l’Institut Weizmann des Sciences, les scientifiques de l’Institut, son personnel et mes amis de me donner l’opportunité de prendre les rênes de cette institution scientifique de premier plan, pour atteindre encore de nouveaux sommets d’excellence et continuer nos efforts en faveur de l’éducation et de la science. »

 

Le professeur Alon Chen dirige le Centre pour la Recherche sur les Fonctions Cérébrales Supérieures Murray H. et Meyer Grodetsky, le Centre pour les Neurosciences Nella et Leon Benoziyo, le Centre pour les Troubles Cérébraux Gladys Monroy et Larry Marks et le Centre pour l’Imagerie Cérébrale Norman et Helen Asher. Ses recherches sont financées par la Fondation de la Famille Perlman, fondée par Louis L. et Anita M. Perlman, la Fondation Adelis, Mr et Mme Bruno Licht, Sonia T. Marschak et le Laboratoire pour la Recherche sur la Neurobiologie du Stress de la Famille Ruhman.

Entretien avec le Professeur Alon Chen

Vous avez consacré une part importante de votre carrière à la neurobiologie du stress, et aujourd’hui vous prenez un poste très important, n’êtes-vous pas un peu stressé ?

Je pense que parfois, les gens confondent stress et excitation, ou concentration. Le stress est toujours un défi pour le corps, mais n’est pas forcément négatif. Le stress met vos émotions, votre esprit et votre corps à l’épreuve, tout en permettant aux hommes de réaliser de grandes choses.

Parfois, le stress nous aide simplement à faire avancer les choses. Devenir président est un honneur et un défi, qui créera un « bon stress » et me poussera à faire ce que je veux faire : être créatif et repousser les frontières.

En neurobiologie, lorsque nous parlons de stress, nous parlons également de faire face. Pour assumer la responsabilité de président, mon premier outil sera la constitution d’une équipe capable de vraiment me soutenir. Au-delà des personnalités remarquables de l’Institut Weizmann, j’aurai également quatre vice-présidents qui – outre des scientifiques remarquables, à l’aise dans le monde scientifique – sont également d’excellents gestionnaires et nous travaillerons ensemble comme une équipe cohérente.

Quand on se sent stressé, il est souvent utile de prendre du recul et se rappeler sa mission et ses atouts. Pour ma part, ma passion est de m’assurer que la science crée un monde différent, et je reviens toujours à cette passion originelle.

Comment allez-vous équilibrer science et leadership ?

Je vais tout d’abord, naturellement réduire le volume de mes recherches. Avec mon laboratoire, j’ai encadré et supervisé environ cinquante étudiants, scientifiques et techniciens dans le cadre de plus de cent projets.

Dans un avenir proche, mon laboratoire à l’Institut Weizmann ne comptera plus que dix personnes. Nous serons plus sélectifs dans les projets lancés.

Je suis maintenant au point où mes propres recherches se concrétisent, et je suis prêt à effectuer un « zoom arrière » pour communiquer à un public plus large l’importance de comprendre les mécanismes du stress et son rôle dans notre vie.

Pouvez-vous nous éclairer un peu sur vos recherches ?

Au cours de ma thèse, je me suis intéressé au contrôle cérébral des fonctions de reproduction et des fonctions corporelles en général.

Je me suis ensuite consacré à la recherche sur le stress, intrigué par l’impact du stress sur la santé humaine et son lien avec des pathologies comme les troubles de l’alimentation, l’anxiété et la dépression.

Le stress est également un système fantastique pour étudier le fonctionnement de tout le cerveau, car lorsque vous êtes stressé, votre cerveau active de nombreux systèmes qui jouent sur les émotions, l’appétit, l’anxiété, la peur, la mémoire, l’attention et la locomotion.

Mon laboratoire a étudié le stress sous différents angles, en commençant par l’aspect mécaniste des gènes, des cellules et des circuits, puis par des études chez l’homme. Cette approche m’a permis d’apprécier la recherche fondamentale, et la recherche translationnelle, et leurs moyens de communication.

Sur ce point, l’Institut Max Planck de psychiatrie est le seul affilié à un hôpital (psychiatrique). Comment votre travail clinique a pu améliorer vos recherches ?

La valeur ajoutée à mes recherches était énorme. Il y a deux types d’approche scientifique : la recherche ascendante, qui identifie les molécules, les gènes, les circuits et les voies sur des modèles animaux, extrait les résultats et analyse s’ils s’appliquent à l’homme. La seconde approche, descendante, explore un besoin médical, ou un phénomène humain, chez des hommes en bonne santé ou malades, analyse ses composants et mécanismes et les utilise dans une étude préclinique animale, en laboratoire. Utiliser les deux approches scientifiques est efficace et pratique.

Que peut apprendre la science israélienne de la science allemande, et vice-versa ?

Mon laboratoire au Max-Planck est un endroit fantastique. Mes collègues allemands sont très méthodiques, minutieux, et leur travail est de très haute qualité, à chaque niveau – des techniciens aux chercheurs principaux. Les scientifiques israéliens ont tendance à oser plus. Ce sont des repousseurs de limites, des preneurs de risques. Cela entraine une créativité scientifique exceptionnelle. Il y a plein de choses à apprendre les uns des autres, mais je dois dire que j’ai appris à apprécier d’autant plus « la méthode Weizmann » de faire des sciences. Lorsque j’ai créé mon service en Allemagne, il était très silencieux. J’étais la seule personne qui parlait. Il a fallu des mois aux gens pour m’appeler par mon prénom. J’ai laissé ce laboratoire beaucoup plus israélien qu’il ne l’était, en termes d’atmosphère plus ouverte, maintenant, tout le monde parle, et je ne peux plus placer un mot !

Mais il nous reste beaucoup à apprendre. Je ne suis pas fan du culot israélien. Je pense que nous devons veiller à extraire tout ce qui est bon à propos de ce culot – l’affirmation de soi, la capacité à remettre en question l’autorité et les croyances acceptées, repousser les limites – tout en laissant de côté l’arrogance désinvolte ou ce que d’autres cultures perçoivent comme telle. Je l’ai moi-même appris à mes dépends !

Au cours de la première semaine de mon stage de post-doctorat à San-Diégo, j’écoutais une présentation faite par un membre de mon nouveau laboratoire. Quand elle eut terminé, J’ai levé la main et je lui ai tout simplement dit qu’elle perdait son temps avec l’approche génétique qu’elle avait adoptée. La salle fut soudainement silencieuse, puis elle éclata en sanglots. J’étais sous le choc et me sentais très mal. À mes yeux, j’étais simplement direct et j’essayais de l’aider, en gagnant du temps et de l’argent. Mais j’avais clairement besoin d’apprendre à mieux le dire. Nous sommes ensuite devenus bons amis, alors je suppose que ce n’était pas si grave.

Qu’est-ce qui vous rend le plus fier de votre travail ?

Mes étudiants et postdocs. Le fait que j’ai pu leur donner la liberté d’explorer leurs propres idées. J’ai ma vision, mais dans cette vision globale, ils ont la capacité de donner libre cours à leur imagination – et cela a conduit à de grandes choses.

 

Je suis très fier de les voir se transformer en scientifiques fantastiques et explorer librement leurs idées.

Quelle sera votre priorité, comme président ?

Tout d’abord, continuer à recruter les meilleurs scientifiques, et pas seulement des Israéliens. Tout est basé sur les intervenants. Weizmann est très bien classé au plan mondial, il n’y a donc aucune raison de ne pas recruter les meilleurs scientifiques du monde. Sans qu’ils soient nécessairement juifs ou israéliens.

 

Je suis un fervent partisan de la politique de Weizmann consistant à recruter des scientifiques sur la base de leur excellence uniquement, et de leur fournir ensuite tout ce dont ils ont besoin pour effectuer des recherches de premier ordre. Il ne s’agit pas de nombre de postes, mais de qualité des hommes et de leur travail scientifique. Nous avons toujours fait ainsi, et nous continuerons de le faire. Peu importe si un scientifique étudie un lézard vert rare en Amazonie, s’il ou elle est le meilleur biologiste des lézards verts amazoniens, nous devrions le recruter.

 

Je tiens à continuer à promouvoir la collaboration avec les meilleures institutions internationales, qui sont un moyen d’accroitre notre visibilité. Notre institution est bien connue en Israël, mais nous devons faire mieux au-delà des frontières : notre renommée internationale n’est pas à la hauteur de nos prouesses scientifiques. Daniel Zajfman a toujours dit : « Nous ne devrions pas être une tour d’ivoire ; nous devrions être un phare », et je le rejoins totalement. Pour cela, et pour repousser les limites de la recherche, nous devons aussi alimenter la recherche translationnelle et la recherche appliquée ; notre but : que le plus de monde possible bénéficie des découvertes de l’Institut Weizmann. Ainsi, même si nous ne devons jamais nous écarter de notre mission de recherche fondamentale, je souhaite également créer de nouveaux ponts avec des partenaires commerciaux.

Quel est le rôle, ou quel devrait être le rôle de l’Institut dans la société israélienne ?

Nous sommes extrêmement actifs dans le domaine de l’éducation scientifique. Nous y avons apporté une contribution majeure, via l’Institut Davidson et le département d’enseignement des sciences et nous devons continuer à le faire.

 

Nos anciens élèves ont eu un impact majeur sur la société israélienne en alimentant l’économie de notre pays et sont des ambassadeurs non officiels de l’Institut Weizmann et d’Israël partout où ils vont. Bien entendu, notre principal impact passe par la science, car la découverte est le principal moteur de croissance économique et d’amélioration des conditions de vie.

Quel rôle devrait jouer la « famille Weizmann » dans les années à venir ?

Dans chaque bonne famille, les relations se renforcent au fil des ans, et la famille s’étend et se diversifie. Sa diversité est aussi sa force. C’est ainsi que je perçois l’avenir de la famille Weizmann. Je veux qu’elle soit plus grande et plus forte.

 

Je veux que les gens soient encore plus impliqués et engagés. Mais, comme tout bon élève, je vais commencer par écouter et apprendre. Une donatrice qui m’a rendu visite récemment l’a encore mieux formulé : « L’Institut Weizmann est le meilleur atout d’Israël. » J’aime ce qu’elle a dit et c’est très juste.

« le Bien de l’Homme, au delà des frontières ».

– Simone Veil –