Un puissant antiviral pour combattre le COVID-19

La récente et rapide épidémie d’une souche puissante du coronavirus, connue sous le nom de SRAS-CoV2 (la cause du COVID-19), touche des centaines de milliers de personnes et a déjà entraîné des milliers de décès. Alors que le système de santé a du mal à faire face et se bat pour mettre en place des pratiques de triage des patients, nous avons besoin d’un nouveau paradigme de découverte de médicaments pour combattre cette pandémie.

Des scientifiques de l’Institut Weizmann des Sciences sous la direction du Professeur Nir London collaborent avec des chercheurs de l’Université d’Oxford, du Memorial Sloan Kettering Center et de PostEra (une entreprise de biotechnologie basée en Californie) et de nombreux autres centres de recherche à travers le monde afin de développer une nouvelle approche basée sur l’intelligence artificielle et le tri à haut débit dans le but de créer de petites molécules ciblant une protéine clef du SRAS-CoV2 qui pourraient stopper et neutraliser ce virus. En intensifiant suffisamment ces recherches, on devrait pouvoir obtenir un médicament anti-COVID-19 en quelques semaines seulement.

Ce projet médical est aussi ambitieux et en apparence risqué que le premier pas sur la lune. Mais grâce aux nombreux facteurs qui peuvent accélérer le processus – en particulier une plateforme unique de criblage à haut débit de molécules spécifiques mise au point et fonctionnelle à l’Institut Weizmann,  il est solidement ancré dans la réalité et répond à un besoin urgent.

Actuellement 30 molécules ont été identifiées comme pouvant servir de départ prometteur à de nouveaux médicaments. Une coopération internationale a été mise en place pour que tous les aspects de la mise au point d’un médicament se fassent dans un temps record. Neuf instituts, universités, entreprises privées travaillent de concert pour atteindre ce but.

Les besoins financiers

L’Institut Weizmann des Sciences sollicite d’urgence un don philanthropique de 10 millions de dollars pour financer sa part du programme multinational et permettre d’avancer très vite dans l’identification et l’optimisation d’un médicament antiviral ciblé sur le COVID-19 qui pourra ensuite être testé et finalement produit et distribué.