COVID-19, questions et réponses avec le professeur Gabi Barbash

COVID-19, questions et réponses avec le professeur Gabi Barbash

Un expert israélien de la santé publique discute de la contagion du COVID-19 et des efforts de confinement.

Le professeur Gabriel Barbash, MD, MPH, est directeur général émérite du ministère israélien de la Santé et directeur du programme de  l’Institut Weizmann appelé « du laboratoire au lit d’hôpital »  qui rassemble des scientifiques et des médecins travaillant sur des thérapies et d’autres solutions pour la maladie.

Le Pr Barbash est professeur d’épidémiologie et de médecine préventive à la Sackler School of Medicine de l’Université de Tel Aviv et était auparavant PDG du Tel Aviv Sourasky Medical Center. Dans les années 1990, il a supervisé un programme visant à contenir une flambée de cas de tuberculose survenue avec l’arrivée de nouveaux immigrants de l’ex-Union soviétique et d’Éthiopie.Il est à l’avant-garde des efforts de santé publique en Israël pour contenir et éradiquer l’épidémie du virus COVID-19. 

Jusqu’à présent, le nouveau coronavirus a provoqué plus de 100 000 maladies et plus de 3 000 décès dans le monde. En Israël, au 17 mars, il y a 325 cas confirmés de coronavirus et aucun décès. 

 

Question : Les mesures prises par Israël pour contenir le coronavirus sont parmi les plus draconiennes par rapport à de nombreux autres pays. Pourquoi le système de santé publique d’Israël a-t-il adopté une approche aussi agressive ?

Tous les pays ne le prennent pas suffisamment au sérieux, et c’est regrettable. En Israël, nous le prenons très au sérieux, et nous le faisons parce que ce virus s’est révélé très contagieux, avec un taux d’infectiosité élevé. Non seulement de nombreuses personnes seront infectées, mais son agressivité – son taux de létalité, ou CFR – est extrêmement élevée, estimée entre 3 et 20 fois plus élevée que celle de la grippe saisonnière.

Autrement dit, entre 0,5 et 4% des personnes infectées par le coronavirus devraient mourir, par rapport au taux de mortalité de la grippe saisonnière, qui est compris entre 0,1 et 0,2 pour cent.

Revenons au taux d’infectiosité, qui nous donnera une idée des chiffres. Le pourcentage de personnes infectées par la grippe saisonnière représente environ 10% de la population au cours d’une saison donnée. Le pourcentage de personnes infectées par le coronavirus devrait être de 60 à 70%. Cela met en lumière l’importance du CFR: lorsque vous parlez même d’un demi-pour cent de 60% de la population, c’est un nombre énorme.

Si nous devions laisser le virus se propager, sans aucune intervention, nous parlerions de 60 à 70% de la population infectée. Le taux d’infection est différent de tout ce que nous avons jamais vu auparavant depuis probablement 1918 avec la grippe espagnole.

 

Q: Quelle est l’efficacité de la mesure de quarantaine à domicile pour contrôler la propagation du virus?

La quarantaine à domicile semble être la seule mesure efficace que nous ayons actuellement contre le coronavirus. Ce que nous essayons de faire, c’est de réduire le nombre total de patients et de ralentir le nombre de nouveaux patients afin de permettre au système de santé de traiter un petit nombre de patients à un moment donné. Nous essayons d’aplanir la courbe [du taux d’infection].

La quarantaine à domicile est efficace car elle isole non seulement les personnes infectées par le coronavirus et qui sont symptomatiques, et qui peuvent gérer leurs propres soins à domicile, mais elle isole également les personnes infectées  qui ne le savent pas, car elles sont asymptomatiques.

À ce stade, nous testons uniquement les personnes qui sont symptomatiques, donc la quarantaine et la distanciation sociale sont la meilleure mesure qui peut être prise pour contenir cela. Nous avons fait du bon travail, je crois, en transmettant l’importance de ces deux mesures.

 

Q: De quelle manière Israël a-t-il géré la pandémie mieux ou différemment des autres pays?

Israël a très bien réussi à bloquer « l’importation » du coronavirus de l’étranger, à la fois en empêchant les citoyens étrangers d’entrer en Israël et en isolant les citoyens israéliens et les résidents étrangers qui sont revenus de l’étranger en exigeant qu’ils entrent immédiatement en quarantaine.

Cet effort a été très fructueux, puis nous sommes passés à la phase suivante – s’attaquer à contenir la contagion en Israël – qui appelle à différentes mesures qui ne sont mises en œuvre que ces derniers jours. Et mon sentiment est que nous n’en voyons que le début.

 

Q: Au cours du week-end (du 12 au 14 mars), le système scolaire a été fermé, ainsi que tous les restaurants, cafés et autres lieux, notamment les centres commerciaux, les cinémas et les institutions culturelles. Le Premier ministre Bibi Netanyahu a encouragé tous les travailleurs capables de travailler à domicile à le faire, mais il a laissé le choix aux entreprises et organisations individuelles. Que pourrions-nous voir ensuite?

Nous avons fait les premiers pas, et il y a d’autres pas qui pourraient être faits, dans le sens d’un arrêt économique quasi total, et nous les envisageons. Ils sont tous à l’étude.

 

Q: Si tous les pays ne prennent pas les mêmes mesures agressives et ne font pas leur part, comment Israël peut-il protéger pleinement ses citoyens? Israël peut-il se fermer hermétiquement du monde?

En fait, nous le pouvons à peu près. Au moment où Israël a bloqué les connexions aériennes entre lui et le reste du monde, et imposé des restrictions à toute personne entrant dans le pays, nous avons considérablement minimisé les effets de mesures inadéquates ou de mauvaises décisions prises par d’autres gouvernements. Nous sommes maintenant seuls. Nous nous sommes largement isolés du reste du monde.

 

Q: L’épidémie souligne-t-elle la vulnérabilité du monde aux maladies et souligne-t-elle la nécessité d’une recherche scientifique? Que pouvez-vous dire du rôle de la science ?

Le délai pour traduire la recherche en pratique est de plusieurs années, et même pour développer un vaccin prend au moins un an. La science est un investissement à long terme. Ce qui est étonnant, c’est que malgré le haut niveau de recherche et la vaste gamme d’enquêtes de recherche à travers le monde au 21e siècle, il y a un virus dans les chauves-souris qui a la capacité de nous surprendre tous, de bouleverser le monde, de faire des ravages sur les économies et tuer des gens. Donc, ce que je veux souligner, c’est que la science doit être partout, compte tenu de toutes les possibilités, en essayant d’avoir toujours une longueur d’avance sur le jeu.