ULTRASAT : Explorer de façon dynamique les UVs dans l’espace

ULTRASAT est un minisatellite scientifique transportant un télescope avec un champ de vision sans précédent (210 degrés carrés) et qui observe les ultraviolets (220-280 nm, UV). Son lancement en orbite géostationnaire (GEO) est prévu pour 2023. ULTRASAT va révolutionner notre compréhension de l’univers transitoire chaud : en effet, le volume extragalactique accessible à ULTRASAT pour la découverte de sources transitoires sera 300 fois plus grand que celui de GALEX, aujourd’hui le satellite le plus sensible aux UV  , et sera comparable à celui de LSST, le plus grand système terrestre d’études optique des éléments transitoires qui devrait entrer en service en 2022.

ULTRASAT aura un large impact scientifique dans le domaine des sources d’ondes gravitationnelles, des supernovae, des étoiles éruptives et variables, des noyaux galactiques actifs, des évènements perturbants les marées, des objets compacts et des galaxies. Il va donner accès à une nouvelle gamme d’ondes (UV) et à un nouveau rythme d’observation (allant de la minute à plusieurs mois) avec un vaste espace pour les découvertes inattendues. Toutes les données ULTRASAT seront transmises au sol en temps réel et des alertes transitoires seront données à la communauté scientifique en moins de 20 minutes, grâce à un suivi au sol dynamique des sources statiques, variables et transitoires des informations captées par ULTRASAT.

Un des buts scientifiques clefs d’ULTRASAT est la découverte d’émissions électromagnétiques qui suivent la détection d’ondes gravitationnelles (GW, de l’anglais « gravitational waves ») provenant de la fusion de systèmes binaires impliquant des étoiles à neutrons. De telles détections seront la clef permettant d’utiliser ces évènements pour répondre aux questions de physique fondamentale telles l’origine des éléments les plus lourds ou la vitesse d’expansion de l’univers. ULTRASAT sera capable de balayer en quelques minutes plus de 50% du ciel et sa large amplitude visuelle prendra en compte les zones d’erreur angulaire supposées des détecteurs de GW en 2020. Il va fournir des courbes de lumière UV continues et des alertes précoces permettant des spectroscopies de suivi au sol et une prévision des émissions optiques et infrarouges qui devraient se produire.

Le vaisseau spatial ULTRASAT sera construite par IAI (Israeli Aerospace Industry) et le télescope sera construit par Elbit/Elop. ULTRASAT est financé et géré conjointement par l’Agence spatiale israélienne (Israel Space Industry, ISI) et l’Institut Weizmann des Sciences (Weizmann Institute of Science, WIS), sous le contrôle scientifique de l’Institut et avec une contribution significative du centre DESY de l’association Helmholtz. L’opération ULTRASAT devrait durer 3 ans en orbite GEO. Sa faible masse et son petit volume, 160kg et moins de 1m3, permettent un lancement GEO comme charge utile secondaire.

ULTRASAT est révolutionnaire en termes de science et de mise en œuvre. Si le projet réussit, nous démontrerons qu’une science innovante peut être accomplie par de petits satellites à un coût abordable, 100 millions de dollars (lancement en GEO inclus), ouvrant la voie à de futures missions similaires. En plus de son aspect révolutionnaire, le haut niveau scientifique de la mission va renforcer la position mondiale d’Israël via la création de collaborations entre agences et industries reconnues. Cette mission aura également un impact éducatif majeur attirant les jeunes talents israéliens vers la science et la technologie.