Leçons de la grippe, du professeur Ruth Arnon

Ce que la quête d’un vaccin antigrippal universel peut nous apprendre sur un éventuel vaccin contre le coronavirus.

Avec les infections, comme avec le football, une meilleure attaque est souvent une bonne défense. Mais bien que cette stratégie fonctionne pour de nombreuses maladies infectieuses, elle ne fonctionne pas avec la grippe ; grâce à sa capacité de mutation, le virus de la grippe « déplace les objectifs » chaque année, nécessitant une nouvelle vaccination.

Le professeur Ruth Arnon, immunologiste renommée de l’Institut Weizmann, est à la tête d’une nouvelle  approche – un vaccin antigrippal universel actuellement en phase III du processus d’essai clinique – qui se concentre sur les parties du virus qui restent les mêmes d’année en année et qui serait une solution définitive.

Le professeur Arnon, qui a souligné qu’elle n’est pas experte en coronavirus, dit qu’elle pense qu’une stratégie similaire pourrait également être utile pour lutter contre les coronavirus, y compris la souche COVID-19 actuelle. Autrement dit, une approche pharmaceutique possible pour créer un vaccin contre COVID-19 implique de cibler une protéine virale particulière, appelée SPIKE, qui est un acteur offensif important dans le jeu de l’infection par le virus. Une autre approche consisterait à cibler une protéine, ou des segments des protéines virales, qui sont communs aux types de coronavirus les plus virulents, notamment le SRAS-CoV, le MERS-CoV et le COVID-19.

« Si je travaillais dans le domaine des coronavirus », explique le professeur Arnon, « cette approche de protéines inchangées est l’endroit où je concentrerais mes efforts. »

 

Combien de temps faut-il pour concevoir un vaccin ?

Mais il faut beaucoup de patience. Même si un vaccin universel contre le coronavirus a été identifié aujourd’hui, il est peu probable qu’il soit utilisé cette année. 

 

Pourquoi cela prendra-t-il un si long temps ?

Une partie du défi est commune à tous les processus de production de vaccins. Les vaccins doivent être testés sur les animaux, mais il n’existe pas de bons modèles animaux sur le fonctionnement du cycle d’infection au COVID-19 chez l’homme, ce qui signifie que des essais précliniques devront probablement être effectués. 

De plus, la sécurité d’un vaccin doit être testée sur des personnes – un processus qui peut prendre des semaines voir des mois. Et puis, une fois qu’un vaccin est identifié, il doit être produit en quantité suffisante et administré à grande échelle pour que l’immunité collective puisse prendre effet. 

L’immunité collective est une forme de protection indirecte qui se produit lorsqu’un grand pourcentage d’une population est devenue immunisée contre une infection, offrant ainsi une mesure de protection aux individus qui ne sont pas vaccinés. En effet, le virus manque d’hôtes. De plus, les essais de vaccins ont tendance à prendre plus de temps que les essais pour, disons, les médicaments contre le cancer ; les vaccins sont administrés à des personnes en bonne santé, et l’efficacité ne peut être déterminée que par une approche minutieuse de « attendre et voir », pour savoir si les vaccins repoussent effectivement l’infection.

Ainsi, note le professeur Arnon, il ne suffit pas de générer un vaccin – il doit être délivré à toutes les personnes à risque pour être vraiment efficace. Pour le COVID-19, c’est le monde entier qui est concerné. Au moment où cela se produit, l’épidémie actuelle peut s’être épuisée d’elle-même.

 

Le coronavirus sera-t-il une maladie saisonnière ou périodique ?

On ne sait pas non plus si, dans le cas où un vaccin est développé pour COVID-19, les coronavirus connaîtront une fluctuation saisonnière et s’éteindront comme la grippe.Cette extinction est due à l’immunité collective elle-même due au vaccin et aussi à l’arrivée de températures plus élevées auxquelles le virus est mal adapté.

Les coronavirus sont un type courant de virus, et il en existe une variété de souches. La plupart de ces souches produisent les plus insignifiants des symptômes du rhume chez la personne infectée. De temps à autre – et avec une imprévisibilité frustrante – une variété virulente apparaît, comme la souche coronavirus du SRAS (SARS-CoV) de 2003, MERS-CoV en 2012 (qui ont toutes deux disparu en été) et, plus récemment, COVID-19. Si COVID-19 persiste, ou s’il décide de continuer à réapparaître comme la grippe, avoir un vaccin sera crucial.

Un vaccin universel contre le coronavirus ne nous aidera peut-être pas à vaincre l’épidémie actuelle, mais, selon le professeur Arnon, il nous aidera à mettre en place la meilleure défense pour l’avenir.

Les recherches du professeur Ruth Arnon sont soutenues par le Fonds de recherche Irwin Green Alzheimer et la succession d’Ethel Lena Levy.