Congeler des Œufs de Mouche pour le Futur

WISe, le club d’entrepreneuriat pour les étudiants de l’Institut Weizmann des Sciences, a aidé trois élèves à fonder une nouvelle entreprise qui pourra promouvoir le marché des insectes comestibles.

Les mouches débordent de protéines et de graisses nutritives et se développent très rapidement en se nourrissant de déchets organiques. Une mouche en particulier, la mouche soldat noir (Hermitia illucens), pourrait constituer une source alternative et durable de protéines pour l’alimentation animale, et les entreprises du monde entier étudient cette possibilité. Une nouvelle entreprise fondée par trois jeunes diplômés de l’Institut Weizmann des Sciences cherche à promouvoir l’industrie des insectes comestibles en congelant les œufs de ces mouches afin que les éleveurs puissent mieux planifier et contrôler leur rendement.

L’intérêt pour les insectes comestibles s’est développé récemment quand il est clairement apparu que l’utilisation de 80% des terres agricoles mondiales pour nourrir des animaux n’était pas quelque chose de durable. Les mouches soldats noirs sont considérées comme d’excellentes candidates comme source de protéines alternatives car elles ne piquent pas et ne transmettent pas de maladies ; de plus, leurs larves atteignent rapidement une centaine de fois leur taille d’origine en consommant des déchets organiques comme les écorces d’agrumes ou la viande avariée. Leur croissance achevée, elles peuvent être transformées en farine pour constituer un additif nutritif pour la nourriture animale.

Les trois jeunes diplômés de l’Institut Weizmann des Sciences – les Docteurs Yuval Gilad, Idan Alyagor et Yoav Politi – ont nommé leur entreprise FREEZEM. Comme l’annonce ce nom, ils cherchent à développer une façon de cryogéniser les œufs de mouches afin qu’ils restent viables. D’après eux, la technologie pour congeler des œufs de mouche est différentes de celle utilisée pour congeler des ovocytes humains ou des bactéries, et ils sont les premiers à proposer cette méthode.

L’idée de congeler des œufs revient à scinder en deux étapes le cycle de vie de la mouche : d’un côté la phase reproductive de ponte et de l’autre la croissance des larves. Cela permettrait aux éleveurs d’optimiser les quantités, les conditions et le timing pour obtenir le rendement d’insectes le plus élevé. « Comme les fermiers modernes achètent des graines, les éleveurs d’insectes comestibles achèteront des œufs congelés, les décongèleront et feront grandir les larves, » dit le Docteur Gilad. Le marché global des insectes comestibles est déjà estimé à 100 millions de dollars mais le marché de l’alimentation animale est plus proche des 400 milliards. Cela signifie que le marché potentiel pour une source de protéines alternative et durable comme celle-ci, sous la forme de farine d’insectes, est énorme. Les trois fondateurs de FREEZEM espèrent que leur technologie sera le moyen de rendre l’élevage des mouches efficace, rentable et compétitif sur ce marché.

Cette entreprise a été conçue au sein du WISe, le club d’entrepreneuriat pour les étudiants de l’Institut Weizmann des Sciences. Les Docteurs Gilad et Politi sont des amis d’enfance et ils ont rencontré le Docteur Alyagor dans ce club. Tous les trois souhaitaient passer du monde académique au monde industriel et le WISe, grâce à ses rencontres avec des entrepreneurs et des industriels, leur a fourni les outils essentiels pour développer un modèle économique et créer leur entreprise. Ils ont récemment signé un partenariat avec Yeda, la branche « transfert technologique » de l’Institut Weizmann. Yeda a également investi dans FREEZEM.